la préférence nationale revue par les e-commerçants -Code Promo Amazon -54 % Réduction





imprimer

Fabriqué en France? Pas assez. Plutôt, en bon français, Buy In France. Les French Days, nom anglo-saxon douteux, sont une opération commerciale menée par des acteurs du commerce électronique. Cette opération a duré plusieurs années, mais avec un sérieux déficit de notoriété … Pourquoi?

67. Paris. Triomphe de la République, Place de la Nation (c.1910) "height =" 410 "src =" https://live.staticflickr.com/3712/13844682833_1317c62968_z.jpg "width =" 640

pellethepoet, CC BY 2.0

Depuis quelques années, vous ne pouvez pas échapper à la vague des États-Unis, Black Friday et Cyber ​​Monday, qui se déroulent les 29 novembre et 2 décembre, alors que Thanksgiving bat son plein. Enfin, impossible: on se souviendra que certains irréductibles, mais pas en France, se battent contre l'envahisseur.

À l’initiative des librairies Payot, Fair Friday a été créé en Suisse romande, précisément pour inverser la tendance à la surconsommation de Black Friday.

Jours de gros rabais

Qu'en est-il de ces French Days? À l'origine, ils réunissaient six acteurs de l'e-commerce, tels que Boulanger, Cdiscount, Showroomprivé ou Rue du Commerce et La Redoute – enfin, bien sûr, Fnac-Darty. Lors de la première édition, en 2017, plus de 200 acteurs ont été identifiés.

Le principe reste simple: plusieurs jours de promotions sur une certaine variété de produits. Le livre, seul prix demandé, échappe à ces soldes massifs, qui se dérouleront entre le 26 avril et le 1er mai.

Déficit de communication ou de notoriété, l'un se passe rarement sans l'autre. Cependant, la Fnac vient de solliciter ses clients pour une brève enquête, qui montre la direction prise par ces French Days. L'ancien agitateur culturel parle de "un nouveau type d'opération commerciale et de consommation française".

Et en quelques questions, orientez de manière significative le client potentiel vers la fin: quelle est l'importance d'acheter le français – pour comprendre, pour acheter auprès d'acteurs français. Reste cependant à dire rapidement, car en remontant la piste des actionnaires de ces différentes structures, nous trouverons évidemment des fonds d'investissement étrangers, mais non plus.

Acheter (at) French, sauvegarder des emplois

D'autre part, l'objectif devient plus clair lorsque l'enquête est poursuivie. "Lors de vos achats, préférez-vous un commerçant qui paie ses impôts en France?», Nous questionnons. C’est suffisant pour lorgner sur GAFAM et spécifiquement pointer Amazon sans avoir l’air de toucher.

De plus, nous trouvons très distinctement le message qui a propagé LaLibrairie.com: le lien social plutôt que l’évasion fiscale. Promouvoir une entreprise locale, ce qui serait également possible via Internet – et un commerce électronique qui ne serait pas alors le domaine exclusif des plates-formes américaines.

Ou même plus: «Le fait qu'un e-commerçant crée des emplois en France est-il un critère de choix lors de vos achats?"Pour une fois, GAFAM utilise bien en France et participe à l'économie du pays, et semble moins attaquée. Cependant, le message est clair: acheter sur Fnac.com ou dans les magasins Fnac, devient un geste citoyen.

Les conclusions de l'étude seront très intéressantes, si on y parvient un jour. Ce qui est certain, c’est que les French Days ont choisi comme devise de réunir les clients autour d’une forme de préférence nationale.

En 2020, verrons-nous alors les French Days?





Laisser un commentaire