Brian Moynihan de Bank of America et d’autres leaders de la croissance sur notre liste des meilleurs PDG du monde -Commander sur Amazon -56 % Réduction





Si Jamie Dimon est la plus grande que nature de Babe Ruth parmi les PDG du secteur bancaire, Brian Moynihan est le Cal Ripken Jr., le fidèle Temple de la renommée des Baltimore Orioles qui a battu le record du nombre de matchs consécutifs de Lou Gehrig.

Alors, dit Mike Mayo,
            Wells Fargo
Des
Un analyste bancaire, qui ajoute: «Moynihan est le contraire de Ruth, qui a pointé le champ extérieur et frappé un coup de circuit, et ressemble plus à Ripken, qui l’a écrasé tous les jours.
            Banque d'Amérique
            
      (ticker: BAC) est une machine qui améliore constamment les résultats et les revenus. »

Moynihan, 59 ans, a pris le relais en 2010, lorsque Bank of America, toujours aux prises avec des problèmes juridiques et réglementaires post-crise, fonctionnait à perte. En revanche, les bénéfices de l’année dernière ont atteint le niveau record de 28 milliards de dollars. La valeur boursière de la société s’est récemment élevée à 265 milliards de dollars. JPMorgan Chase est le deuxième acteur du secteur bancaire national avant le rival de longue date Wells Fargo.

Moynihan mérite un crédit considérable pour ce succès. Bank of America exploite à présent les principales concessions de services bancaires aux particuliers et aux entreprises du pays, et son unité de gestion de patrimoine, ancrée dans Merrill Lynch, dispose des meilleures marges du secteur.

Le mantra du PDG est la «croissance responsable». Cela peut sembler un discours d’entreprise, mais c’est une force motrice pour ses 205 000 employés. Pour Moynihan, cela signifie traiter les clients et les emprunteurs avec équité, contrôler les risques, lutter contre le réchauffement de la planète et «créer le meilleur endroit pour travailler pour nos coéquipiers». Pour les consommateurs, cela se traduit par des comptes chèques sans frais s'ils disposent du dépôt direct de au moins 250 $ par mois, ainsi qu’une option permettant d’éviter les frais de découvert. Pour contrôler les risques, il s’agit de faire des prêts à la consommation directement, plutôt que de les acheter sur le marché secondaire. Moynihan déclare: «Nous regardons chaque client hypothécaire dans les yeux."

Warren Buffett,
            Berkshire Hathaway
Des
patron, est le plus grand fan de Moynihan, l’appelant «le dirigeant de banque le plus sous-estimé du pays. Il a fait tout ce qu’il avait dit qu’il ferait. »Une chose que Moynihan souhaiterait peut-être ne pas avoir fait: émettre 5 milliards de dollars d’actions privilégiées en 2011 à Berkshire, qui sont converties en actions ordinaires de Bank of America à 7 dollars l’action. Cela a contribué à faire de Berkshire BofA le plus grand actionnaire et a coûté à la banque environ 15 milliards de dollars.

–Andrew Bary

Gary Dickerson
Applied Materials (PDG depuis 2013)

«Au cours de ma carrière, j’ai fait de mon mieux dans des environnements de marché moins dynamiques», déclare Dickerson.

Effectivement,
            Matériaux appliqués
            
      Le nombre d’actions (AMAT) a presque doublé par rapport au S & P 500 cette année, malgré un repli de la demande et des prix des semi-conducteurs, ce qui a amené les fabricants de puces à réduire leurs commandes pour le type d’équipement appliqué. Pour gérer un ralentissement, il est important d’avoir un point de vue et du courage, dit Dickerson. Il dit que le secteur des puces est devenu plus stable avec l'apparition de nouveaux types d'appareils intelligents et que le marché est sur le point de connaître la plus grande transformation de sa vie, liée à l'essor du big data et de l'intelligence artificielle.

"Le monde ne sera pas en mesure de produire assez d’énergie pour traiter les données disponibles en utilisant la technologie actuelle de fabrication de puces", dit Dickerson. De nouveaux matériaux et techniques de fabrication sont nécessaires, une des raisons pour lesquelles la société a annoncé la construction d’un nouveau centre de recherche à Albany, New York, l'année dernière. «Dans les deux prochaines années, nos activités se renforceront considérablement», a-t-il déclaré. "Il est maintenant temps d'être prêt."

–Jack Hough

Jamie Dimon
JPMorgan Chase (PDG depuis 2006)

Les opinions de Dimon sont recherchées par les dirigeants et les banquiers du monde, mais il reçoit un accueil mitigé à Capitol Hill, où lui-même et d’autres dirigeants de banques se sont retrouvés sous le feu des critiques pour leur généreuse rémunération et les méfaits passés de l’industrie. Dimon, 63 ans, est également un favori des investisseurs, qui aimeraient qu’il respecte son engagement de rester PDG en 2023 – et peut-être même au-delà.

Sur sa montre,
            JPMorgan Chase
            
      (JPM) est devenue la première banque américaine, avec des positions de leader dans toutes ses principales activités, les meilleurs rendements parmi ses pairs et l’équipe de gestion la plus complète qui soit. À l’ère Dimon, les actions de JPM ont largement devancé leurs rivales.

Si Dimon a raison et que les bénéfices de la banque sont plus solides que ne le pensent certains Wall Street, le titre pourrait générer une valorisation plus élevée que les onze gains actuels d’aujourd’hui. Dimon n’est pas obsédé par les actions, cependant, en disant Barron que son message aux employés est «bâtissez, bâtissez, bâtissez»; faites le bien auprès de vos clients et de vos communautés, et le stock prendra soin de lui-même. "

–UN B.

Richard Fain
Royal Caribbean Cruises (PDG depuis 1988)

Fain, 71 ans, continue de diriger le navire avec une main forte.
            Royal Caribbean Cruises
            
      (RCL) a versé un milliard de dollars en juillet dernier pour une participation majoritaire dans Silversea Cruises, spécialisée dans les voyages de luxe et les voyages d’expédition. Pendant ce temps, une nouvelle application réduit le temps d’attente d’enregistrement.

Récemment, Royal Caribbean a dépensé environ 250 millions de dollars pour transformer sa propre île aux Bahamas. Les attractions comprennent des plages, des restaurants et un toboggan aquatique imposant. «Vous pouvez faire frémir ou vous détendre», dit Fain à propos de l'île paradisiaque.

Les investisseurs sont ravis. l'action a largement surperformé ses pairs au cours des 12 derniers mois, aidée par des prix solides et des commandes solides. Fain a déclaré: «L’industrie de la croisière est vraiment le meilleur choix de ce que les gens recherchent aujourd’hui.»

–Lawrence C. Strauss

Henry Fernandez
MSCI (PDG depuis 1998)

Sous Fernandez, 61 ans,
            MSCI
            
      (MSCI) est devenu l’un des principaux fournisseurs d’indices d’investissement, ce qui est rentable car le monde s’est davantage tourné vers l’investissement passif.

Fernandez et sa famille sont devenus des réfugiés politiques à la suite de la révolution du Nicaragua en 1979. Il a fréquenté un collège et une école de commerce aux États-Unis, a travaillé chez
            Morgan Stanley
            
      (MS), puis à gauche pour démarrer plusieurs entreprises. Fernandez est retourné chez Morgan Stanley en 1994 pour travailler sous John Mack et a rapidement compris l'importance de MSCI. Il pensait pouvoir couvrir le monde avec des contrats à terme et des options sur indices et créer des indices pour de nouveaux marchés. MSCI est devenu public en 2007.

Aujourd'hui, MSCI calcule chaque jour plus de 215 500 références générales et 12 000 références personnalisées pour les clients. Selon Fernandez, le MSCI est essentiel pour le capitalisme: «Le secteur de l'investissement est l'un des plus importants dans une société qui utilise l'épargne pour financer les investissements dans la productivité», a-t-il déclaré.

–Leslie P. Norton

Fabrizio Freda
Estée Lauder (PDG depuis 2009)

Freda, 61 ans, a maîtrisé le relooking extrême. En près de dix ans, l’ancien dirigeant de Procter & Gamble a plus que doublé sa rentabilité opérationnelle dans des entreprises sous contrôle familial.
            Estee Lauder
            
      (EL), le géant des soins de la peau et des cosmétiques. Il a restauré la beauté des marques vieillissantes et soigné les nouveaux venus, tels que Smashbox et Glamglow, en propriétés lucratives. Mariant données et créativité, il a affiné la stratégie numérique de la société et renforcé l’attrait de ses marques parmi la génération du millénaire centrée sur le luxe en Chine. Les tensions entre les États-Unis et la Chine n’ont pas freiné la demande.

Estée Lauder a relevé trois fois ses perspectives pour l'exercice en cours. Si les qualités de redressement de Freda ont été renforcées au cours de la dernière décennie, la prochaine pourrait lui valoir un statut de pionnier: «Partout où il y a de la croissance ou quelque chose qui se passe, nous serons les premiers», dit-il.

–Reshma Kapadia

Marillyn Hewson
Lockheed Martin (PDG depuis 2013)

Hewson a surmonté une séquestration du budget gouvernemental qui a ralenti les dépenses de défense, et a guidé
            Lockheed Martin
            
      (LMT) à travers deux gros contrats: l’achat de 9 milliards de dollars en 2015
            United Technologies
            
      ’(UTX), l’unité hélicoptère Sikorsky et la vente de l’activité systèmes informatiques de Lockheed pour 6 milliards de dollars en 2016.

Le programme Joint Strike Fighter, ou avion à réaction F-35, est le plus important du Département de la Défense et représente environ le quart des ventes de Lockheed. Les autres pays sont aussi des clients. Hewson, âgé de 65 ans, a fait face à des dépassements de coûts tout en doublant ses ventes. Elle a également maintenu les marges bénéficiaires stables, malgré l’offre d’un rabais important aux États-Unis après que le président Trump eut déclaré que l’avion était trop cher.

Hewson a évoqué la nécessité de "rester en avance sur les adversaires" en matière de sécurité. Pour ce faire, Lockheed intègre de nouvelles technologies, telles que la modélisation numérique, la réalité virtuelle et des capteurs avancés. Ils protègent également les actionnaires.

–Al Root

Robert Iger
Walt Disney
            
      (PDG depuis 2005)

Même selon les normes de Disney, 2019 est une année bien remplie. Avengers: Fin de partie est proche de passer Avatar comme le plus grand film de box-office jamais réalisé.
            Walt Disney
            
      (DIS) contrôle les deux franchises; ce dernier est venu avec son rachat d'actifs de télévision et de cinéma à Fox, achevé en mars. Un espace sur le thème de Star Wars vient d’ouvrir à Disneyland en Californie et un autre ouvrira bientôt à Disney World en Floride. L'ardoise du film reste emballée et novembre apporte un nouveau service de streaming appelé Disney +.

Au centre de tout cela se trouve Iger, 68 ans, qui a dirigé les achats de Pixar, Marvel et Lucasfilm par Disney, puis a tourné des films à succès de chacun en manèges, atterrissage, croisières, produits dérivés, etc. Les parcs et les films sont désormais mieux connus que la télévision pour la société, déréglant ainsi la poussée de Disney au-delà du câble. «Nous ne lançons pas Disney + pour rattraper notre retard.
            Netflix

[NFLX] ou même rivaliser avec eux », dit Iger. "Le marché a soif de cela, et nous avons une marque que les gens connaissent et aiment."

–J.H.

Craig Jelinek
Costco Wholesale (PDG depuis 2012)

Une exécution experte a aidé
            Costco en gros
            
      (COST) en concurrence avec Amazon.com. Récemment, Jelinek, 66 ans, a succédé au cofondateur Jim Sinegal et a amélioré sa stratégie gagnante.

Jelinek a dirigé l'expansion réussie de Costco, y compris à l'international. La société ouvre rapidement des magasins-entrepôts et des centres d’affaires Costco et étend son unité de commerce électronique sans cannibaliser ses activités physiques. Les ventes des magasins comparables continuent d'augmenter et Costco a plus de liquidités que de dettes.

Bien que Costco soit réputée pour ses bonnes affaires, son meilleur rapport qualité-prix réside sans doute dans ses actions. Sous Jelinek, ils ont battu leurs rivaux.

–Teresa Rivas

Satya Nadella
Microsoft (PDG depuis 2014)

Quand Nadella est devenue présidente de
            Microsoft
Des
(MSFT) division des serveurs et des outils en 2011, Steve Ballmer, alors président-directeur général, a déclaré qu'il «préparerait la voie pour présenter les scénarios de l'informatique en nuage du futur». Eh bien, Ballmer a eu raison.

Après avoir succédé à Ballmer en tant que PDG, Nadella, 51 ans, est allée de l'avant sur le cloud. Cela a ravivé la fortune de Microsoft et sorti ses actions d’un funk pluriannuel. Au cours de son mandat, ils ont progressé de plus de 260%, contre 64% pour l’indice S & P 500 sur la même période.

Quelle ironie qu’au moment où les grandes entreprises de technologie font l’objet d’un examen approfondi, Microsoft, qui faisait jadis l’objet d’une intense réglementation, est de nouveau la plus grande société du monde par capitalisation boursière. C’est le reflet du leadership de Nadella.

– Eric J. Savitz

Shantanu Narayen
Adobe (PDG depuis 2007)

Narayen, 56 ans, remporte l’approbation de Wall Street depuis des années. Obtenir le soutien de la communauté artistique, qui utilise le logiciel Adobe (ADBE) Photoshop pour la conception graphique, a pris plus de temps.

Les actions Adobe ont grimpé de près de 900% depuis 2011, lorsque Narayen a poussé la société à vendre des logiciels par abonnement. Les paiements mensuels ont permis de lisser les ventes et d’augmenter les bénéfices, mais ont irrité les utilisateurs qui n’étaient pas fous de la location de logiciels. Mais Narayen les a finalement convaincus:

Lightroom CC, l’application photo mobile d’Adobe, a augmenté son nombre d’abonnés de 400% par rapport à l’année dernière.

–Alex Eule

François-Henri Pinault
Kering (PDG depuis 2005)

Kering
Des
(KER.France) trouve ses racines dans une petite entreprise de négoce de bois en Bretagne, créée en 1963 par François Pinault. Lorsque François-Henri a repris l'entreprise de son père il y a 14 ans, l'entreprise s'était diversifiée dans le luxe avec le rachat de Gucci. Pinault fils vendu les opérations de vente au détail de la société et fait des acquisitions complémentaires d’autres marques de luxe. Kering est également propriétaire de Bottega Veneta et de Boucheron.

Aujourd'hui, Kering, qui appartient à 40% à des familles, est l'un des plus importants vendeurs de produits de luxe au monde. Il a fait grand cas de l’appétit apparemment sans fin des millennials chinois pour la maroquinerie haut de gamme. Pinault, 57 ans, marié à l'actrice Salma Hayek, veille au besoin de diversification géographique.

–Pierre Briançon

James Robo
NextEra Energy (PDG depuis 2012)

Quand Robo a rejoint
            NextEra Energy
            
      (NEE) en 2002, sa branche des énergies renouvelables était petite et non rentable. Robo, 56 ans, ancien élève de General Electric et titulaire d'un MBA de l'Université de Harvard, a été nommé à la tête de l'entreprise. Aujourd’hui, NextEra génère plus d’énergie renouvelable à partir de l’énergie éolienne et solaire que toute autre société du monde.

Le titre a triplé depuis que Robo est devenu directeur général, en grande partie grâce à sa discipline stratégique et financière. «Il est très rigoureux et je pense qu'il travaille pour les clients et les actionnaires 24 heures sur 24», explique Ryan Hedrick, analyste chez T. Rowe Price.

–Sophia Cai

Arne Sorenson
Marriott International (PDG depuis 2012)

Marriott international
            
      (MAR) est devenu le plus grand hôtelier du monde sous Sorenson. Son prochain acte: transformer la société en un fournisseur de voyages et d’expériences. La société a lancé cette année une entreprise de location de maisons et répertorie plus de 100 000 activités sur son site Web, des visites de stades aux cours de cuisine, pour lesquels les clients gagnent des points de fidélité.

Sorenson, 60 ans, considère le changement comme une constante, mais la performance exceptionnelle de l’action est restée inchangée: depuis qu’il a pris ses fonctions, les actions de Marriott ont progressé de 250%, soit plus du double du gain du S & P 500.

–T.R.

Jayshree Ullal
Arista Networks (PDG depuis 2008)

Ullal, 58 ans, s’intéresse au nouveau territoire de réseautage et les opérateurs en place devraient être concernés. L'alun de Cisco Systems a rejoint la petite
            Réseaux Arista
            
      (ANET) en tant que PDG, spécialisé dans la vente de commutateurs et d’autres équipements aux centres de données. «Notre concurrence est passée de 80% à moins de 50% du marché, ce qui est encore trop élevé», dit-elle. "Nous sommes passés de zéro à une part élevée d'adolescents."

Arista s’intéresse maintenant aux réseaux qui connectent les utilisateurs finaux aux immeubles de bureaux – un marché de 10 milliards de dollars, contre 16 milliards de dollars pour les centres de données. Le chiffre d’affaires d’Arista s’établit à 2,56 milliards de dollars cette année, en hausse de 19%. Une des clés du succès réside dans la programmation. «Notre matériel est un bel emballage cadeau, mais c’est notre logiciel qui nous différencie», déclare Ullal. Les actions d’Arista ont grimpé en flèche, passant d’un prix de 43 dollars à l’introduction en bourse il ya cinq ans à 240 dollars récemment, ce qui l’a transformée en milliardaire.

–J.H.

Miles White
Laboratoires Abbott (PDG depuis 1999)

Peu de PDG du secteur de la santé ont créé autant de valeur pour les investisseurs que White, 64 ans.
            Laboratoires Abbott
            
      (ABT) en
            AbbVie
            
      (ABBV), fabricant d’Humira et d’autres médicaments sur ordonnance, et du nouvel Abbott, qui occupe des positions de premier plan dans les domaines du diagnostic, des dispositifs médicaux et de la nutrition.

Depuis lors, les valeurs combinées d'Abbott et d'AbbVie ont grimpé de 103 milliards à 260 milliards de dollars. Abbott est devenu l’un des producteurs les plus stables du secteur de la santé, avec des gains annuels par action à deux chiffres, tirés par les acquisitions et les produits générés en interne, tels que FreeStyle Libre, un dispositif de surveillance de la glycémie ne nécessitant pas de prise de doigt; ses ventes annuelles dépassent 1 milliard de dollars. White fait également partie du conseil d’administration de
            McDonalds
            
      (MCD) et
            chenille
            
      (CHAT).

–UN B.

Email: editors@barrons.com





Laisser un commentaire