La pomme verte de Wall Street avant la Fed -Code Promo Amazon -47 % Réduction





Wall Street progresse avec Apple et General Electric avant de négocier ce mercredi, le S & P500 gagnant 0,2% et le Nasdaq environ 0,4%. Le DJIA devrait augmenter de 0,3%. L'indice du dollar, qui mesure les mouvements du billet vert par rapport à un panier de devises, reste relativement stable à 98,1. Sur le Nymex, le baril de pétrole brut WTI a progressé de près de 1% pour atteindre 58,6 USD avant le rapport sur les stocks intérieurs américains.

Selon toute probabilité, la Fed va baisser ses taux d’un quart ou d’un demi-point ce soir. Il n’ya guère de suspense sur ce point. Les opérateurs seront néanmoins très attentifs à la sortie de la banque centrale américaine à 20h, ainsi qu'à la conférence de presse de son président Jerome Powell à 20h30.

Le président américain Donald Trump maintient plus de pression que jamais auparavant sur la Fed, avant le verdict monétaire. "La Fed a augmenté ses taux trop, trop tôt et trop, et leur resserrement quantitatif a été une autre grosse erreur." Alors que notre pays se porte très bien, le potentiel de création de valeur qui a été omis, notamment par la concurrence avec d'autres pays qui savent jouer le jeu contre les États-Unis. C'est en fait la raison pour laquelle l'Union européenne a été formée … et Pour la Chine Jusqu'à présent, les États-Unis ont été "faciles à choisir". – la Fed a pris toutes les mauvaises décisions – une légère réduction des taux ne suffit pas, mais nous gagnerons quand même! ", A déclaré Trump avant-hier sur Twitter.

"L'UE et la Chine continueront à abaisser leurs taux d'intérêt et à injecter de l'argent dans leurs systèmes, ce qui facilitera la tâche de leurs fabricants pour la vente de leurs produits." Entre temps, et avec une inflation très basse, notre Fed ne fait rien – et fera probablement très peu en comparaison – tant pis! ", A déclaré Trump.

Déjà vendredi, Trump avait fait appel à la banque centrale américaine. "Le PIB T2 est en hausse de 2,1%, ce qui n'est pas mauvais si nous sommes pénalisés par le poids important de l'ancre de la Réserve fédérale autour de notre cou, presque pas d'inflation" Les États-Unis sont à la veille d '"Accélérer!", Avait tweeté le leder de la Maison Blanche.

La Fed tient sa réunion de politique monétaire depuis hier. Selon l'outil FedWatch de CME Group, la probabilité d'une baisse du taux d'un quart de point à 2-2,25% est maintenant de 79,1% et celle d'un geste d'un demi-point à 20,9%. La distribution des probabilités à la fin de la dernière assemblée monétaire de l’année, celle des 10 et 11 décembre, se situe en haut de la fourchette de 1,50 à 1,75% (& # 39;% de probabilités de 36,1%) et 1, 75-2% (chance de 35,9%).

La création de positions dans le secteur privé américain en juillet 2019 a été conforme aux attentes à 156 000, contre 155 000 consensus et 112 000 pour la lecture révisée – à la hausse – du mois précédent. Selon le rapport d'ADP, les petites entreprises ont créé 11 000 emplois en juillet, contre 67 000 pour les moyennes entreprises et 78 000 pour les grandes. Le secteur de la production de biens a généré 9 000 emplois et le secteur des services, 146 000.

Les créations d'emplois dans le secteur privé mesurées par ADP s'élevaient à 112 000 en juin et à 46 000 seulement en mai 2019. En revanche, elles étaient à un niveau très élevé, à 284 000 en juillet 2018.

Le rapport mensuel sur la situation de l'emploi aux États-Unis pour juillet 2019 sera publié vendredi à 14h30. Le consensus est de 151 000 créations d'emplois non agricoles pour un taux de chômage de 3,6%.

Aux États-Unis, l'indice du coût de l'emploi au deuxième trimestre de 2019 était en hausse de 0,6% par rapport au trimestre précédent, contre un consensus de + 0,7%. Il a grimpé de + 2,7% sur un an contre + 2,8% de consensus de lieu.

Le PMI de juillet à Chicago sera annoncé à 15h45 (consensus 50.5). L'indice de confiance des investisseurs mesuré par State Street pour le mois de juillet sera connu à 16h. Enfin, le rapport hebdomadaire du département de l'Énergie des États-Unis sur les stocks de pétrole intérieurs pour la semaine terminée le 26 juillet sera annoncé à 16h30 (consensus – -2,5 millions de barils sur les stocks de brut).

Du côté des entreprises, après les comptes Apple publiés hier soir, les festivités se poursuivront ce mercredi. Altice USA, Apache, Baker Hughes, Moody's, Carlyle, Hess, TiVo, General Electric, SunPower, Western Petroleum, McKesson, Cognizant, Williams Cos, Criteo, Duke, Metlife, KBR, Qualcomm et HCP, publient leurs trimestres résultats financiers en particulier. journée.

Apple a gagné 4,5% la nuit dernière après avoir négocié à Wall Street, le géant californien Cupertino a publié des comptes (aussi souvent) et des prévisions (pour une fois) meilleurs que prévu. La capitalisation boursière du groupe atteint théoriquement à nouveau les 1 000 milliards de dollars, contre 1 070 milliards pour Microsoft, 939 milliards pour Amazon et 851 milliards "seulement" pour Alphabet (Google).

Pour son troisième trimestre, clos en juin 2019, le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 53,8 milliards de dollars, en hausse de 1% par rapport à l'année précédente, pour un bénéfice dilué par action de 2,18 $, en baisse de 7%. Les ventes internationales représentent 59% des ventes. Cook souligne que c’est le plus gros trimestre de juin. dans l’histoire du groupe, avec les revenus historiques des Services, une croissance accélérée des appareils portables, une forte performance de l’iPad et du Mac et une "amélioration significative" des tendances de l’iPhone. Le groupe a restitué 21 milliards de dollars supplémentaires à ses actionnaires au cours du trimestre, dont 17 milliards de rachats d’actions et des dividendes de 3,6 milliards de dollars. Le consensus sur les revenus était de 53,3 milliards de dollars pour 2,1 milliards de dollars par an.

Apple fournit des prévisions assez solides pour l'exercice 2019. Les revenus devraient se situer entre 61 et 64 milliards de dollars, soit une marge brute de 37,5 à 38,5% et des charges d'exploitation de 8,7 à 8,8 milliards de dollars. $. Le conseil d'administration du groupe a déclaré un dividende en espèces de 77 cents par action ordinaire, à payer le 15 août aux actionnaires inscrits aux livres en date du 12 août.

Apple était également attendu hier soir sur la question brûlante des droits de douane, tandis que la trêve sino-américaine ne semble pas vraiment porter ses fruits. Tim Cook, directeur général du groupe californien, a l'intention de maintenir la production de Mac Pro aux États-Unis, mais a demandé certaines exemptions que Donald Trump semble réticent à accorder. Le 18 juillet, Apple a demandé au bureau du représentant américain au Commerce d’accepter de supprimer 25% des droits de douane sur 15 articles, y compris du matériel informatique Mac Pro. La consultation publique sur ces applications se déroule jusqu'au 1er août. Le Wall Street Journal avait précédemment annoncé qu'Apple avait l'intention de transférer la production texane de Mac Pro en Chine!

Amgen, un géant américain de la biotechnologie, a annoncé hier soir des comptes marqués par une baisse des revenus, mais associés à des perspectives solides. Pour le trimestre clos à la fin du trimestre, le bénéfice net s’est élevé à 2,17 milliards de dollars, ou 3,57 $ par titre, contre 2,29 milliards de dollars et 3,50 $ par action un an plus tôt. Le bénéfice ajusté par action s'est établi à 3,97 $, en hausse de 4%, ce qui est nettement supérieur au consensus. Les revenus ont totalisé 5,87 milliards de dollars, en baisse d’une année sur l’autre, mais supérieurs au consensus établi (5,7 milliards de dollars). Le groupe relève le bas de ses prévisions annuelles et prévoit un bénéfice par action ajusté de 13,75 USD à 14,30 USD pour un chiffre d'affaires compris entre 22,4 et 22,9 milliards USD.

Gilead Sciences a annoncé hier soir pour le trimestre un chiffre d'affaires total de 5,69 milliards de dollars, contre 5,65 milliards de dollars un an auparavant et un consensus de 5,53 milliards de dollars. Le groupe américain de biotechnologie a affiché un bénéfice par action ajusté de 1,82 USD pour le deuxième trimestre, contre un consensus de 1,72 USD. Le groupe a profité de ses ventes de traitements anti-VIH. Gilead a également noté ses prévisions pour 2019. Le Californien s'attend maintenant à des revenus compris entre 21,6 et 22,1 milliards de dollars, contre 21,3 à 21,8 milliards de dollars auparavant. Rappelons également que le groupe américain vient d’annoncer un contrat de 5,1 milliards de dollars avec la société belge de biotechnologie. Galapagos.

AMD gagne 5% avant de négocier à Wall Street après une réduction de ses estimations de revenus. Advanced Micro Devices prévoit maintenant des revenus atteignant 1,85 milliard de dollars au troisième trimestre, tandis que le consensus était de 1,94 milliard de dollars. La fourchette prévue est de 1,75 milliard à 1,85 milliard de dollars. AMD a respecté les attentes au cours du dernier trimestre, mais a réduit ses ambitions en raison de la faiblesse du marché des consoles. Le bénéfice net pour le deuxième trimestre était de 35 millions de dollars et 3 cents par action, comparativement à 116 millions de dollars un an plus tôt. Le pb ajusté T2 a atteint 8 cents, conformément au consensus, pour des revenus de 1,53 milliard de dollars (1,76 milliard de dollars un an auparavant), également conformes.

General Electric gravit Wall Street, malgré la perte déplorée par le colosse industriel du trimestre écoulé et le départ de son directeur financier. Pour le deuxième trimestre, GE a enregistré un chiffre d’affaires en baisse de 1% à 28,8 milliards de dollars. La perte par action liée aux activités poursuivies s'est établie à 3 cents, contre un BPA positif de 8 cents un an plus tôt. Sur une base ajustée, le groupe a dégagé un bénéfice par action positif de 17 cents contre un consensus de 12 cents. La perte liée aux activités poursuivies attribuable aux actionnaires s'est établie à 291 M $ pour le trimestre terminé le mois de juin, comparativement à 679 M $ de bénéfices un an auparavant. Le cash-flow libre industriel ajusté pour le trimestre a été négatif de 1 milliard de dollars, ce qui est inférieur aux prévisions, malgré la restructuration et le clouage du Boeing 737 Max. Enfin, le directeur financier, Jamie Miller, quittera le groupe une fois son successeur nommé.

GE relève ses prévisions de croissance organique des revenus industriels pour 2019 à environ 5%. Le bénéfice ajusté par action devrait maintenant se situer entre 55 et 65 cents. Le cash-flow libre industriel devrait se situer entre -1 et 1 milliard de dollars.

Fiat Chreysler a confirmé aujourd'hui ses prévisions de bénéfices pour 2019, après avoir publié un résultat opérationnel du deuxième trimestre meilleur que prévu, soutenu par le marché nord-américain. Le groupe automobile a affiché un EBIT ajusté de 1,52 milliard d'euros au deuxième trimestre, contre 1,43 ME de consensus. La FCA réaffirme ses attentes concernant un EBIT ajusté annuel de 6,7 milliards d'euros l'an dernier. Il s’agit de la première publication financière du groupe depuis l’échec de sa tentative de fusion avec le français Renault.

Spotify régresse à Wall Street, après des chiffres d’abonnement décevants pour le deuxième trimestre et une perte plus lourde que prévu. Le spécialiste suédois de la musique en streaming comptait 108 millions d'utilisateurs payants à la fin de la période, ce qui représente toujours une bonne croissance d'environ 30% d'une année à l'autre. Le consensus des analystes, cependant, était supérieur d'un petit million. Les revenus des abonnements, qui représentent l'essentiel de l'activité, ont atteint 1,5 milliard d'euros. Le nombre d'utilisateurs actifs s'est élevé à 232 millions, soit une augmentation de 29%. Le groupe prévoit de 240 à 245 millions d'utilisateurs actifs au troisième trimestre. La perte nette pour le trimestre terminé à été de 76 millions d’euros, soit 0,42 euro par action, contre 394 millions d’euros un an auparavant. Le consensus de perte par action était de 0,32 euro. Le chiffre d'affaires total a atteint 1,67 milliard d'euros, contre 1,27 million d'euros un an plus tôt et 1,64 milliard d'euros de consensus.