WATCH: L'adoption de la blockchain commence avec la gamification – Yat Siu, Animoca Brands, sur l'avenir de la crypto -Commander sur Amazon -61 % Réduction





Points saillants

  • “Donc, pour le moment, je regarde l'état de la blockchain très semblable à Internet en '96 et '97… Je pense donc qu'en ce moment, mais tout comme Internet en '96 et '97, blockchain est un mot que vous avez entendu. C’est quelque chose que vous savez. Tout le monde en parle dans le contexte de l’avenir, mais ils ne l’auront peut-être pas tout à fait. Donc, la conscience est là. Nous pensons que le temps est essentiellement venu pour la blockchain d’ici 18 à 24 mois de véritablement montrer ses énormes cas d’utilité et de créer en quelque sorte cette adoption massive. »
  • «Nous pensons que l'adoption massive viendra des jeux… car le jeu est une industrie qui a fait progresser la technologie en général. Si vous y réfléchissez, si ce n’était pas pour les jeux, nous n’aurions pas de processeurs plus rapides, ni de GPU plus rapides. Pouvez-vous imaginer la popularité des smartphones sans jeux sur l'App Store? Pouvez-vous imaginer des entreprises comme Nintendo, Xbox ou Playstation, même existantes? Des industries entièrement nouvelles ont été créées uniquement à cause des jeux, car les jeux sont l'utilitaire lui-même. Nous pensons donc qu'il en ira de même pour la blockchain. Mais je pense que l’autre chose qui est aussi excitante, bien sûr, est que les jeux ont également sensibilisé une masse importante, environ 2,3 milliards de dollars, à la valeur de la réalité virtuelle. Donc, les gens qui passent beaucoup de temps à jouer à des jeux, à comprendre la valeur du monde virtuel; Ce ne sont pas là des personnes dont vous n'avez pas besoin de convaincre pourquoi une monnaie virtuelle peut être réelle ou pourquoi un élément virtuel a de la valeur. Donc, ils sont pour nous la base la plus facilement adoptable. "
  • "Autrefois, [virtual value] n’était pas possible parce que vous ne pouviez pas avoir la rareté numérique. Vous ne pouvez pas créer quelque chose qui soit rare ou significatif dans un monde numérique, car vous pouvez simplement copier-coller. Désormais, avec la blockchain, avec les jetons numériques, vous pouvez créer une rareté. "
  • «J’ai en quelque sorte cette opinion, celle de laisser fleurir un millier de chaînes». Je ne pense pas que vous ayez besoin d’une chaîne principale. À l’heure actuelle, tout le monde se bat pour cela, mais, à l’instar des jeux, je ne pense pas que… il existe une société qui dit qu’il devrait exister une monnaie unique pour tous les jeux. Cela ne fonctionne pas, car chaque communauté est différente. Et ce qui est beau dans la blockchain, c’est que vous pouvez réellement créer un système de valeur pour quelque chose d'aussi petit qu'un village, et cela devrait suffire. "
  • "Il existe des articles comparant Internet et une bulle de tulipes, et c'est principalement de l'ignorance parce qu'ils ne le comprennent pas, et je pense que la même chose est vraie pour la blockchain et que cela va à l'avancement et je pense que malgré tous les dommages, Bien sûr, l’effondrement de la crypto qui s’est produit l’année dernière a également injecté beaucoup de capital dans l’environnement afin que de vraies entreprises puissent se constituer et construire des projets. Parce que cela a augmenté cette prise de conscience. "
  • La façon dont je vois la blockchain à l’avenir est la suivante: je la considère comme aussi fondamentale que ce que faisait Internet au tout début et comment il a changé; signifiant un changement de gouvernance, la façon dont vous dirigez des entreprises, la manière dont les pays sont gérés et la façon dont vous vivez la vie. Tout cela changera aussi fondamentalement avec la blockchain. ”

Yat Siu, musicien devenu pionnier de l'Internet, met en lumière le potentiel infini de la blockchain, notamment à travers le marché du jeu que sa société, Animoca Brands, souhaite développer et exploiter. En tant que l'un des premiers fournisseurs de services Internet en Asie, Siu possède une vaste expérience et des compétences dans la détection et le développement de technologies révolutionnaires. La prochaine grande découverte qui changera le monde, «à l’instar d’Internet en 1996 et 1997», affirme Siu, est la blockchain.

Écoutez la version podcast

Le pouvoir de la blockchain réside dans une multitude de ses attributs. Siu en énumère quelques-uns; il s’agit d’une contre-mesure au monopole dont disposent les distributeurs en matière d’information – une solution à l’épidémie de fausses informations en permettant une vérification efficace et évolutive; qu’il laisse les pays moins développés adhérer au «système de la capitale» en leur offrant un système de valeurs adapté aux besoins de la communauté; qu’il crée une «rareté numérique» – un aspect intégral de toute économie.

Siu prévoit de développer toutes ces possibilités de blockchain grâce à qui il considère comme la «base la plus ciblable»: les joueurs. Avec la nature de pointe du secteur, axée sur la technologie, ainsi que la compréhension culturelle de la valeur de la réalité virtuelle et de sa popularité au sein de la communauté, les joueurs sont une cible marketing de choix. Siu explique que les «2,3 milliards» de personnes dans le monde qui participent déjà régulièrement à des jeux investissent déjà – bien que ce soit à terme, pas d'argent, ce qui est finalement plus précieux.

Dans l'industrie du jeu vidéo et à l'échelle gouvernementale globale, la blockchain a le potentiel d'être le prochain boom technologique, rivalisant avec l'impact et la portée d'Internet.

Transcription complète

En conversation avec Yat Siu, élevé par des musiciens professionnels, des parents qui vous ont formé à l’art de la musique, vous avez en fait étudié la musique, mais aujourd’hui, on pourrait dire qu’il dirige un orchestre très différent, avec un ensemble unique d’instruments appelé blockchain. Bienvenue, Yat Siu.

Merci, c’est un plaisir d’être ici.

Bon, alors comment est-ce que vous obtenez du musicien à faire un travail incroyable dans blockchain?

Eh bien, je veux dire, c’est essentiellement me demander de distiller 30 à 40 ans de ma vie, c’est vrai, mais effectivement je suis née à Vienne, j’ai étudié la musique à Vienne à cause de mes parents musiciens, en particulier de ma mère, elle travaillait au L’opéra d’Etat et c’était sa passion, mais en tant qu’enfant unique d’une famille de musiciens de parents chinois, mon destin était scellé.

Et je n’avais pas vraiment le choix en la matière. Mais je pense que l’une des autres choses, c’est bien sûr avec la musique que j’ai vraiment faite, c’est que cela m’a amené à la technologie parce que je n’étais pas vraiment ce musicien doué. Je n'ai pas la hauteur parfaite et je ne lis pas les partitions de musique pour le plaisir, non? Mais à cause de la musique, j'ai trouvé un créneau et ce créneau m'a permis de devenir un codeur autodidacte, et j'ai essentiellement écrit un logiciel MIDI, de sorte que le logiciel MIDI ressemble à une interface, l'interface MIDI que vous branchez à un ordinateur, vous c'était un clavier très moderne à l'époque. Et lorsque vous jouez de la musique, les signaux électriques sont transmis à l'ordinateur. Et j’ai écrit un logiciel de notation précoce qui a ensuite été installé sur CompuServe et Genie, des formes initiales d’Internet, un système de babillard électronique à l’époque, et à l’époque, lorsque vous offriez essentiellement un domaine public, un partage ou un logiciel, vous écriviez: quelque chose là-bas, et dire si vous aimez le logiciel de s'il vous plaît envoyez le chèque à cette adresse non?

J'étais comme, ok, qui sait si c'est ce que tout le monde a fait. Et cela ressemblait plus à un badge d'honneur. Je ne devais pas faire cela autant que je pensais obtenir de l'argent et ensuite le chèque a commencé à être envoyé, je me suis dit: «Oh vraiment, ouah! Je pense donc que c’est en quelque sorte la façon dont j’ai commencé à comprendre cela et j’ai réalisé que je pouvais réellement gagner de l’argent.

Donc, vous aviez 13 ans, vous avez écrit du code, vous l'avez mis sur un tableau d'affichage. Ceci est pré-Internet, l'Internet que nous connaissons aujourd'hui. Et tout à coup, vous avez reçu des chèques par la poste.

Oui, j'ai été très enrichissant. Je pense que cela m’a motivé à continuer et que c’est en fait le chemin qui m’a amené à me lancer dans cette carrière plus ou moins technologique. Parce que, quand Atari, qui est l’ordinateur que je codais sur Atari ST, ils avaient aussi un bureau à Vienne, et ils se disaient: «Hé, tu sais quoi, on aime ce que tu fais. Voulez-vous venir et faire quelque chose pour nous? Et j’en suis sûr, et pour moi, bien sûr, c’est une super approbation car l’ordinateur sur lequel je suis en train de coder est en train de travailler avec une entreprise qui l’a construit. Et donc, pour moi, c’était presque comme un moment de Dieu. Et ce n’était pas une offre impressionnante, c’était en fait assez petite.

Oui, et en 1993 tu es venu à Hong Kong?

Oui.

Et vous avez fourni les premières adresses IP à la ville.

Eh bien, je n’irais pas jusqu’à dire que j’ai fourni les toutes premières adresses IP, parce que d’autres l’auraient peut-être déjà fait, mais j’ai été l’un des premiers FAI. Donc, les fournisseurs de services Internet, fournissant essentiellement un accès aux personnes pour accéder à Internet. Et le FAI s'appelait Hong Kong Online. Le fait que j’ai pu enregistrer un domaine et obtenir l’enregistrement commercial d’une société appelée Hong Kong Online en dit probablement long sur la rapidité avec laquelle cela a été fait. Et le modèle s'inspirait un peu du concept America Online, qui fournit un accès Internet aux gens, car Atari m'avait amené aux États-Unis à l'époque. J'étais donc à peu près en train de travailler, mais aussi d'étudier et parce qu'Atari changeait fondamentalement de commerce, efficacement fermé à mi-chemin, nous avons démarré une entreprise avec tous nos anciens collègues Atari. Vraiment seulement une poignée, six d'entre nous.

Vraiment, juste pour supporter tous les utilisateurs d’Atari qui se sont essoufflés et que je commencerais… Et ensuite, nous sommes passés aux logiciels pour les affaires acquises par SGI et j’envoyé essentiellement en Asie parce que j’étais le type asiatique de l’équipe. intéressant… Donc, je suppose, la stratégie commerciale internationale du début des années 90 peut-être, je ne sais pas, certainement pour moi, je me disais: «hé je suis cool, j'aimerais y aller.» Au début, je suis allé à Japon.

Je ne parle pas japonais, je ne suis pas japonais du tout, mais de toute façon, ça me semblait aller. Alors je suis allé au Japon, j'ai beaucoup aimé ça, je suis allé à Taipei, puis je suis allé à Hong Kong, et je n'ai pas pu obtenir mon accès parce que je ne pouvais pas… il n'y avait pas de nœud CompuServe, donc il n'y avait aucun moyen de «Comment est-ce possible, au moins si quelqu'un utilise un modem et fait quelque chose… et il y avait quelques groupes évidents mais ils auraient des appels interurbains, c'était très, très compliqué. Alors, j'ai pensé que nous devrions peut-être créer un FAI ici, et c'est donc parce que mon père est d'origine hongkongaise. J'avais la résidence permanente que je ne connaissais pas avant de le découvrir par la suite, alors j’ai dit… Oh, je n’ai pas besoin de visa pour rester ici.

Donc, toute la confluence des opportunités. Donc, les circonstances sont venues ensemble.

Hormis le fait que Hong Kong soit ce marché à l'époque, il a déclaré: «Pourquoi avons-nous besoin d'Internet? Comment s'appelle-t-on Internet et pourquoi en avons-nous besoin?

Et en fait, ce n’était pas seulement Hong Kong bien sûr, c’était aussi la plupart des pays d’Asie et de nombreuses régions des États-Unis. CompuServe, GEnie ou FidoNet. Ces endroits étaient les domaines de la plupart des étranges. Ceux qui sont en quelque sorte en train de pirater des ordinateurs.

Cela vous semble familier maintenant?

Oui, c’est une répétition, c’est une répétition complète. Et ce cycle semble se répéter de temps en temps car ce n'était pas juste au début d'Internet, vous savez, pre-.com, en quelque sorte avec nous aussi, et puis quand vous entrez dans l'ère des smartphones, Beaucoup de gens voient le développement des smartphones de façon étrange et aujourd'hui, évidemment, avec blockchain, c'est exactement la même chose pour un groupe de personnes qui se passionne pour un domaine, pour le construire, et la plupart des gens du Dehors, en pensant, c’est vraiment un truc bizarre et fou et nous ne sommes pas sûrs que ce soit peut-être approprié. Et je pense que ce qui a renforcé cette sorte d'image quasi folle aux jours d'Internet, c'est le discours sur le virtuel qui était très de la science fiction.

Ainsi, l’un des premiers outils que nous avons créé avant SGI était un modélisateur permettant des expériences de magasinage virtuel faisant essentiellement du commerce électronique en 3D.

Et en quelle année était-ce?

C'était ‘92.

C'était en 1992.

Et il y avait une norme. À l'époque, c'était une poussée appelée VRML, langage de modèle de réalité virtuelle. Fondamentalement, une version de HTML juste pour la réalité virtuelle. Ils ont probablement déjà besoin de cinq ans pour que cela devienne réalité. Et nous y arrivons enfin.

Mais c’est comme si tôt ces jours étaient et tous les graphiques étaient des lignes et des trucs. Je veux dire, rien de comparable à ce que nous voyons aujourd’hui, mais c’était un concept et nous parlions donc de cet avenir et nous construisions vers cet avenir.

Et seules certaines personnes pourraient l’imaginer, car c’est ce dont vous aviez besoin, une bonne dose d’imagination, pour que cela puisse effectivement arriver à la plupart des gens qui pourraient voir cinq minutes à l’avance, ils peuvent l’imaginer. Et c'était donc le problème.

En blockchain, qui sont ces compositeurs en ce moment?

Je veux dire, je pense qu’ils sont nombreux à essayer de construire des choses incroyables. Si vous cherchez, par exemple, à savoir s'ils réussissent ou non, même si vous regardez quelqu'un comme Vitalik, par exemple, ce qu'il essaie de trier… lorsqu'il a proposé le concept du jeton de calcul, par exemple, c'était un L’imagination à laquelle il pensait est une norme que nous voulons mettre en tête du code. Que pourriez-vous faire avec ça?

Cela nécessite une personne capable d’imaginer à quoi ressemblerait l’avenir.

Nous pouvons parler de la décentralisation à notre guise, mais quelqu'un devait au moins proposer le concept initial consistant à mettre la morue au premier plan, suivi d'un grand nombre de personnes. Nous avons donc dit, d'accord, où Ethereum est la norme en raison de ses problèmes. parce qu’il n’avait pas encore tout compris, en raison de problèmes de vitesse, tout le monde dit simplement que nous voulons être un Ethereum plus rapide et meilleur, à la fin de la journée. Donc, vous pouvez dire, ils ont mené cette tendance là-bas… Et il est très passionné par cela. Donc, ce serait un exemple.

Eh bien, les vitesses de transaction, une chose, le partage et le langage, le codage, et nous pouvons en parler jusqu’à ce que nous soyons bleus, mais qu’en est-il de l’utilité? Qu'en est-il réellement du Saint Graal, qui est l'adoption de masse. On pourrait dire que nous sommes à peine encore là.

Donc, pour le moment, j’observe l’état de la blockchain très semblable à Internet dans ‘96 et ‘97. Donc, si vous regardez les années 96 et 97, au moment où des entreprises telles qu'Alibaba ont été créées, Amazon, eBay, SoftBank et tous ces types qui démarrent à peine, il n'y avait que 36 millions de connexions Internet, et la plupart d'entre elles utilisaient une connexion à distance. ce qui est en fait surprenant lorsque j’en ai parlé à certaines personnes car elles ne peuvent même pas imaginer le temps où Internet n’était pas disponible, et ces connexions commutées étaient des expériences horribles; pour ceux qui se souviendraient, vous deviez acheter le modem à connecter. Parfois, il se déconnectait, le logiciel ne fonctionnait pas et aujourd'hui, avec Blockchain, nous avons des portefeuilles et il n’ya que 30 millions d’entre eux dans le monde. Donc, c'est un peu pareil.

Et l'expérience de la mise en place de portefeuilles comme MetaMask est également horrible. Vous devez vous inscrire, vous avez la sécurité et toutes les étapes. Au moment même où vous arrivez à un point, il y a cinq minutes, vous avez presque un taux d'abandon scolaire de 100%. Nous voyons donc beaucoup de parallèles.

C’est ce que je pense à ce stade, mais tout comme Internet en 96 et 97, blockchain est un mot que vous avez entendu. C’est quelque chose que vous savez. Tout le monde en parle dans le contexte de l’avenir, mais ils ne l’auront peut-être pas tout à fait.

Donc, la conscience est là. Nous pensons donc que le temps est pratiquement venu pour la chaîne de blocs dans les 18 à 24 prochains mois, pour commencer à vraiment montrer ses grands cas d’utilité et créer en quelque sorte cette adoption massive.

Est-ce ce que vous faites chez Animoca Brands? 15h41

Donc, pour Animoca Brands, nous croyons que l’adoption de masse passera par les jeux et c’est un objectif à présent, alors…

C’est presque la langue d’entraînement.

C'est vrai, mais je pense aussi que les jeux sont uniques à bien des égards, car les jeux ont été une industrie qui a fait progresser une technologie en général. Donc, si vous y réfléchissez, si ce n’était pas pour les jeux, nous n’aurions pas de processeurs plus rapides, ni de GPU plus rapides. Pouvez-vous imaginer la popularité des smartphones sans jeux sur l'App Store? Pouvez-vous imaginer des entreprises comme Nintendo, Xbox ou Playstation, même? Ainsi, de nouvelles industries entières se sont créées juste à cause des jeux, car les jeux sont l’utilitaire lui-même.

Nous pensons donc qu'il en ira de même pour la blockchain.

Mais je pense que l’autre chose qui est aussi excitante, bien sûr, c’est que les jeux ont également sensibilisé une masse importante, dont 2,3 milliards environ à la valeur virtuelle. Ainsi, les personnes qui passent du temps à jouer à des jeux, à jouer à des jeux, à comprendre la valeur du monde virtuel, sont des personnes que vous n'avez pas besoin de convaincre, pourquoi une monnaie virtuelle peut-elle être réelle ou virtuelle? valeur. Donc, ils sont pour nous, la base la plus facilement adoptable. Par exemple, si je vais chez quelqu'un qui est plus traditionnel et qui n'a jamais joué à un jeu, le persuadant que la monnaie virtuelle pourrait être quelque chose, c'est beaucoup plus difficile que d'avoir quelqu'un qui joue à des jeux en ligne tous les jours, par exemple, et c'est déjà une sorte de trading ou d’acheter des objets virtuels à d’autres joueurs qui se font concurrence, c’est pourquoi je pense que le jeu sera la première vague d’adoption précoce.

N’avons-nous pas déjà un exemple d’une véritable course dans l’espace virtuel, Second Life, Sims, et nous avons vu ce qui était vraiment une incroyable économie en cours de construction, puis elle s’est soudainement effondrée.

Droite. Donc, je pense que les jeux ont prouvé qu’il existe une économie virtuelle possible dans le jeu, mais intrinsèquement parce que les jeux sont des jardins de guerre, ce sont des espaces fermés qui n’ont aucune possibilité d’agrandissement à moins que vous ne créiez de véritables restrictions économiques. t avoir dans un jeu.

Donc, ce qui arrive à la plupart des jeux en ligne, et pas seulement à la deuxième vie, c’est qu’il est plus proche de l’économie vénézuélienne. Toutes mes excuses à quiconque du Venezuela. Mais le problème est précisément cela, car les créateurs de jeux considèrent le jeu comme un contenu. Donc, si j'ai besoin de gagner plus d'argent, je vais vendre plus de contenu, je vais émettre plus de pièces, je vais émettre un milliard de pièces de plus. Et ce qui arrive à l'économie, cela devient hyper-inflationniste. Ainsi, lorsque vous êtes un joueur, que vous parlez à quelqu'un qui joue au jeu et qui est dans le jeu depuis plusieurs années, il finit par être un milliardaire. Il a tellement de pièces de monnaie,

tellement il ne sait même pas quoi faire avec cela.

Et ensuite, qu'arrive-t-il au portefeuille de joueurs qui veulent… peuvent-ils se permettre même de se joindre?

Ils ne peuvent pas. C’est comme si on plaçait tous les nouveau-nés au beau milieu de Manhattan et qu’on disait, en direct. C’est impossible de devenir plus gros, ça ne se sent pas bien. Ils quittent le jeu. Et ce qui se passe dans de nombreux jeux, c'est que la nouvelle expérience utilisateur peut être mauvaise car ils voient immédiatement… Oh, ce gars est à ce niveau. Je ne pourrai jamais l'atteindre.

Vous pourriez également avoir des parallèles réels dans le sens où des personnes dans le monde réel iront à Hong Kong, par exemple, et auront cette expérience aussi et diront: «Wow, je ne peux pas me permettre quoi que ce soit ici, alors je suis pas sûr que je veuille vivre ici, mais au moins ils ont le choix d'aller ailleurs et c'est ce qui se passe aujourd'hui, nous…

Eh bien, c’est la critique de ce qui s’est passé dans l’économie mondiale en 2008. C’est la critique du mouvement Occupy Wall Street, le top 1%…

Droit, correct. Mais vous savez, vous avez de la mobilité. Si les personnes sont prêtes à déménager ailleurs, elles pourraient fondamentalement avoir une vie différente et ce n’est pas nécessairement lié au revenu spécifique que vous gagnez. Il s’agit d’un parent. Ainsi, si quelqu'un, par exemple, ne ressemble pas à tout le monde en Finlande, par exemple, il a le même revenu général que les 1% les plus riches de Hong Kong, mais le bonheur général peut être meilleur, car dans l'ensemble, tout le monde se sent égal, comme supposés voir un 1% dans votre visage, des endroits comme Hong Kong sont très doués pour le montrer, mais cela vous ramène au côté virtuel, qui est essentiellement les gens ne veulent pas être dans ces mondes, alors ils choisissent de jouer à un autre jeu, ils ont un nouveau jeu, ils entrent dans ce monde et deviennent maîtres de ce monde, ils deviennent les milliardaires de ce monde. Et puis, que se passe-t-il malheureusement, le jeu se casse-t-il, il devient numéro un, puis franchement, c’est pourquoi je suis ici? Et aucune économie réelle n’en est la cause? Et donc ce que nous croyons, c'est que la compréhension existe. Maintenant, nous devons juste ajuster les jeux pour qu’ils englobent une véritable économie, et nous pensons que la blockchain, et en particulier les jetons non fongibles, peuvent en faire une réalité.

Pourquoi?

Alors, prenons l'exemple que vous venez d'entrer avec Second Life. Comme il s’agit d’un jardin clos, la valeur de Second Life ne doit concerner que Second Life, ce qui signifie que si Second Life avait disparu, ce qui arrive à de nombreux jeux, à tous les actifs, à tout ce que vous achetez, disparaît également.

C’est en quelque sorte l’exemple du monde réel où vous achetez des vêtements chez H & M et si H & M s’arrête, vos vêtements disparaissent, ce n’est pas vraiment bien, mais dans le monde virtuel, c’est ce que nous acceptons. Et je pense que le problème avec cet exemple est qu’il empêche les gens de penser réellement à ce que vous passez dans le temps en tant qu’investissement. Alors qu'en fait, passer 20 heures par mois sur un jeu est en fait un investissement. Par exemple, parce que je pratique un sport ou que je cours, et que cela ne me coûte peut-être pas d'argent, j'ai investi mon temps, ce qui est sans doute plus précieux que l'argent que j'ai investi. Et l'investissement est peut-être être en meilleure forme ou en meilleure santé, mais c’est quand même un investissement. Mais dans les jeux, chaque investissement que vous faites, argent et temps, est finalement inutile, ce qui, selon nous, limite l’incitation des gens à acheter et nous pensons que cela est prouvé par les taux de conversion. Ainsi, dans notre industrie, dans l’industrie classique du jeu gratuit, nous existons, ce qui représente 70 milliards de dollars sur un chiffre d’affaires de 138 milliards sur un taux de conversion de 3, 2 ou 1%.

Donc, vous appliquez la blockchain, d'accord, vous créez donc ce caractère collant au monde que vous créez. Pensez-vous que vous pourriez vous retourner non seulement dans l'industrie du jeu, mais aussi en soi, c'est un moyen détourné d'aider la masse à comprendre l'application de code de blockchain?

Donc, je pense que lorsque vous pensez aux joueurs dans leur ensemble, ils poussent une industrie vers l'avant et sont donc les premiers à adopter la technologie. Nous voulons donc qu’ils apportent cette masse à la casse d’utilisation, pour que d’autres personnes puissent en témoigner et dire «Oh, attendez une seconde. Cela a… Je comprends mieux cela. En outre, ils sont répandus dans la société, ce qui signifie que c’était avant le smartphone que les joueurs étaient encore un peu isolés et généralement considérés comme étranges, pour la plupart.

Et maintenant que le smartphone est apparu, il a élargi l'univers du jeu, car tout le monde a la chance de jouer à un jeu. Il reste encore plus de la moitié du monde qui ne joue pas, mais vous en avez beaucoup.

Les chances que dans votre réseau social, vous avez un groupe de joueurs actifs sont très élevées, elles deviennent vos défenseurs, elles vous parlent des jeux ou, dans ce cas, de ce que la blockchain a pu faire ou de la valeur de leurs actions. Les économies de jeu parce qu'elles jouent, peu importe ce qu'elles sont, elles deviennent vos défenseurs. Et nous pensons que cette diffusion sociale passera par les joueurs.

Au-delà des jeux, où investissez-vous?

Je pense que ce en quoi nous croyons, et c’est un sujet très important qui explique pourquoi nous le faisons, c’est que nous pensons que les chaînes de blocs et les jetons non fongibles en particulier rendront à nouveau le contenu roi.

Il ne s’agit donc pas uniquement d’articles numériques. Et si je veux décrire l’exemple ici, si je joue à un jeu, où je possédais tout, où je possédais tous les objets et où j’avais peut-être aussi une valeur symbolique.

Même si le jeu n'est plus aussi populaire, s'il y a une communauté, nous pensons que quelqu'un d'autre va créer des jeux pour puiser dans cette communauté. Alors, prenons un grand exemple comme un jeu plus ancien, comme World of Warcraft, qui compte des dizaines de millions de joueurs ou des dizaines de millions de joueurs, mais ces dizaines de millions de joueurs ont investi des années de leur vie, oui, et un des montants incroyables d’argent aussi, peut-être.

Et dans le passé, il y avait des producteurs d'or en Chine, si vous vous en souvenez bien, qui exploitaient l'or à l'intérieur du gibier, puis le vendaient sur eBay sous forme de Bitcoin franchement précoce, si vous voulez, n'est-ce pas? Sauf que tout se trouvait dans World of Warcraft, il n’existait aucun système, ce qui créait en fait de l’inflation, et il était donc évident que Blizzard cessait, car cela n’avait aucun sens. Et cela gâche notre économie, mais en réalité, s’il s’agissait d’une véritable économie réelle, cela aurait peut-être été la bienvenue, car ce serait une organisation différente. Maintenant, si World of Warcraft devait en quelque sorte décliner, quelqu'un d'autre pourrait dire: «Vous savez, ces 20 millions de personnes qui possédaient des objets dans World of Warcraft, je veux créer un jeu pour eux, car ils peuvent déplacer leurs objets car ils sont actifs. la blockchain et déplacez-le dans un autre univers et nous pensons que cela devient très excitant, car dans le futur, les développeurs de jeux, en fait et le consommateur, créeront des jeux en fonction de ce que vous possédez, pas où vous allez. Ainsi, lorsque Bill Gates a inventé l'expression «le contenu est roi», il a déclaré que cela avait beaucoup de sens, c'était en 96, car il voyait l'incroyable puissance d'Internet et les coûts de transport à cause de la Internet va être réduit à zéro, ce qui signifie que la seule chose qui constitue une valeur dans un monde comme celui-ci, doit être le contenu et que le coût du contenu diminuera dans sa production, tout le monde peut participer. Pas seulement les grandes entreprises qui avaient l'habitude de faire de grandes productions, mais aussi les petites entreprises, les artistes, les créateurs, tout ce qui peut créer du contenu et le vendre au monde, n'est-ce pas? Et vous pourriez dire que, dans l’ensemble, la vision de Bill Gates s’est quelque peu concrétisée et que de nouvelles entreprises ont vu le jour dans l’espace, les grandes entreprises, etc.

Mais ce qu’il n’avait peut-être pas complètement compris à l’époque, c’est que lorsque vous avez autant de contenu, le coût de la distribution, plus précisément le coût de la découverte, augmente de façon exponentielle. Vous êtes donc perdu dans la mer de contenu. Je ne sais pas, c’est ce que je veux, je ne le trouve pas, c’est trop bruyant, c’est trop.

Vous ne savez pas ce qu’est la qualité et vous ne savez pas ce qui ne l’est pas.

Et donc, vous avez une nouvelle ère de fabricants de rois, ce ne sont pas eux qui fabriquent le contenu, ce sont ceux qui vous le livrent.

Et ainsi, la distribution est effectivement devenue le roi ou, comme le dit Johnathon Perelman, «la distribution est reine» et elle porte le pantalon.

Et par conséquent, dans ce scénario, vous voyez un problème différent. Les créateurs n’ont pas réellement de véritable résultat: la découverte, ils sont esclaves de la découverte, ils sont esclaves de la distribution. Regardez l'industrie de la musique, regardez ce que fait Spotify. Spotify est un excellent service pour le consommateur. Mais pour l’artiste, c’est vraiment difficile.

Et je pense que l’un des plus gros défis que nous, consommateurs, finissons par perdre parce que nous n’avons pas accès à la diversité, car nous devons obtenir ce que la plupart des gens veulent être, car c’est ainsi que les rois de la distribution gagnent de l’argent. Game of Thrones peut-il vraiment exister, s’il n’y avait pas de HBO? Peut-il y avoir un Angry Birds si ce n’était pas pour l’App Store?

Et ainsi, nous pensons qu'avec la blockchain, cela peut réellement être renversé car maintenant la distribution et la découverte de ce contenu peuvent être centrées sur ce que vous possédez, car c'est dans votre portefeuille, quelqu'un peut créer du contenu pour vous cibler, ce qui est vraiment gentil de l'endroit où je pense que cela devrait aller.

Mais dans le passé, cela n’était pas possible car il n’était pas possible de faire face à la rareté numérique. Vous ne pouvez pas créer quelque chose qui soit rare ou qui ait du sens dans un monde numérique, car vous pouvez simplement copier-coller et maintenant, avec la chaîne de blocs, vous pouvez, vous savez, utiliser des jetons numériques, vous pouvez créer une rareté.

La rareté numérique est importante dans toute économie. Droite? C’est là que vous réalisez réellement la valeur, et c’est la raison pour laquelle les entreprises sont dans cet espace, c’est pourquoi les industries sont dans cet espace, mais où va l’évolution de cette révolution appelée blockchain?

Eh bien, la façon dont je vois la blockchain à l’avenir, c’est que je la vois aussi fondamentale que ce que faisait Internet au tout début et comment il a changé. Donc, cela signifie un changement de gouvernance, la manière dont vous dirigez des entreprises, la manière dont les pays sont gérés et la façon dont vous vivez la vie. Tout cela changera aussi fondamentalement avec la blockchain.

Donc, ce que l'Internet a fait, c'est qu'il nous a connectés. Le monde est devenu plus petit. Nous sommes tous connectés et cela a permis de nombreuses choses, y compris l’intelligence réseau. Donc, ce taux d’augmentation de l’innovation que nous constatons, pas seulement les jeunes entreprises, mais uniquement la technologie et le taux de progrès, provient en grande partie du fait que nous sommes beaucoup plus connectés.

Le meilleur exemple de cela est l'open source, non?

L'open source est donc l'exemple parfait de l'intelligence réseau basée sur Internet. Un programmeur en Russie peut écrire du code et un codeur en Amérique peut le prendre et l’améliorer, le restitue et tout le monde s’enrichit comme une promesse. Et même s’il n’y avait pas d’échange d’argent, il restait une valeur incroyable. Si ce n’était pas de l’open source, vous ne verriez peut-être pas les deux tiers des entreprises de technologie existantes.

Il ne s'agirait certainement pas de Xiaomi ou de Huawei, par exemple, ce qui permet à chacun de disposer d'un terrain de départ et peut-être même d'un moyen d'avancer plus rapidement grâce à cela. C’est ce que les points de connexion nous ont donné. Il a renforcé l'intelligence du réseau.

Vous collaborez et investissez également avec Hashgraph, n'est-ce pas?

Oui, nous avons donc un partenariat et un investissement avec Helix, qui est l'accélérateur d'un Hashgraph.

Ok, et Hashgraph n’est pas nécessairement open source. Alors, comment pouvez-vous dire avec philosophie que l'open source est vraiment l'endroit où il faut aller?

Donc, je suppose que le parallèle que je fais là est, voulez-vous, le contre-argument pourrait être: "Voulez-vous planifier le style de démocratie mondiale en Inde ou voulez-vous faire l'économie planifiée en Chine et en quelque sorte s'ouvrir progressivement?"

C'est une question difficile, évidemment, parce que je pense que cela va au-delà de la philosophie, mais aussi du côté pratique, parce que l'état de l'utilisateur final est de nature humaine, pas de technologie. En fin de compte, nous ne construisons pas cela pour servir des robots, nous le construisons pour servir les humains, l'humanité et les gens réagissent différemment aux choses, et nous devons gérer et contrôler ce qui est différent. Donc, pour moi, l'approche de protocole ou de gouvernance appropriée concerne l'auditoire. Presque comme un pays.

Donc, si vous visez un certain groupe de communautés, quelle est la bonne approche pour cela? Et je pense que c'est pour ça que la blockchain est géniale car j'ai en quelque sorte cette vision qui permet à un millier de chaînes de fleurir. Je ne pense pas que vous ayez besoin d’une chaîne principale pour le moment. À l’heure actuelle, tout le monde se bat pour cela, mais à l’instar des jeux, je ne pense pas que… il existe une société qui dit qu’il devrait exister une monnaie unique pour tous les jeux. Cela ne fonctionne pas, car chaque communauté est différente. Et ce qui est beau dans la blockchain, c’est que vous pouvez réellement créer un système de valeur pour quelque chose d'aussi petit qu'un village et cela devrait suffire.

Why do you have to have, you know, the US dollar every time? So I think that’s an area I think also creates and sparks in different areas of innovation because if you have a very large let’s say, I don’t know, token that is supposed to sort of impact the whole world which in some cases it does, you end up getting stuck with that governance system and that sort of policy that may not fit a village of 10 people or 20 people who need a completely different set up.

There should be a way to make them compatible, but it shouldn’t be the one that’s running it.

Hong Kong is a great example, when it comes to currencies. Why is the Hong Kong Dollar pegged to the US dollar? The result is inflation of different kinds. Is that a good thing or a bad thing? Maybe good for some people, but also bad for a lot of other people.

So I think I see an opportunity for blockchain in the future to change all of that. And if you think what the Internet did, it causes a certain level of transparency, it created open debate, it connected people, every time when societies grew in a connected way, the innovation index went up a lot. But now we’re reaching a point where the information and the data flow has become hard to manage, and so as a result, we have things like fake news.

An artificial intelligence is great at the algorithms and delivering you all the information you might need or maybe the information you really want, but it can’t necessarily know if the data is true. And so, that’s something that blockchain can solve because if the new sources ends up getting filtered through the blockchain, whether it’s fake or not, you can actually verify it in a fast scalable way, which before, cannot happen because the verification is human-powered. You don’t know, actually, where it came from. Maybe we know when it comes from a new source, whether you should look at it a certain way, that’s kind of how we judge it, but if it ends up getting social or viral or it’s picked up by five other places, the noise factor…

So I know this problem very well. I know this problem very well, but I also think that outsourcing to a third party for verification, can also be very dangerous. And it’s, centralized right? And that bottleneck exists. What’s exciting about blockchain is that possibly this can return into the hands of the individual consumer, the media consumer, that there is a tool that restores that credibility and trust and faith in whatever they’re consuming. Right now, that’s being outsourced, that’s a dangerous thing.

It’s extremely dangerous. And I think when you think about what the Internet did is provided the connection point. But it didn’t provide a layer of trust there was no first on this, it just simply assumed that whoever was on the network should be trustworthy. That’s the base point.

But isn’t it ironic that blockchain is deemed to be the trustless system, the one that will restore trust, and yet it is the least trusted at the moment, it feels very scammy for a mainstream audience. The cryptocurrency, the ICO hubris. There’s some ironies that exist in this space. The narrative has yet to be shaped.

So, I think the concept of the blockchain/decentralized ledger, that to me is very clear what that’s supposed to mean. When you start throwing in the crypto-currency aspect, and the fact that we had a dominance of more financially savvy people taking over that segment, just because it had the tokens and a cryptocurrency element, that’s frankly the reason especially with ICOs in the past, and so on, that people felt it was scammy, but also because they don’t understand.

Now, I went through some phases like this. Perhaps the most reminiscent one was a dot-com bust and the talk about how dot-com was compared to the tulip bubble of way back when, to me, was actually outrageous… Because it’s like, “Wait a second, you still need the Internet. This is not something that just goes away and disappears but they compared it. There’s articles out there comparing dot-com with a tulip bubble , and it’s mostly ignorance because they don’t understand it, and I think the same is true for blockchain and it goes to that progress and I think that for all the harm, of course, that the crypto collapse that happened last year did, it also infused a lot of capital into the environment for real companies to come up and emerge and build stuff. Because it has raised that awareness. It’s like if we didn’t have a dot-com bubble and it didn’t burst the way it did would we have these technology companies come up, would they be funded so they can actually deliver?

Probably not, right? So you need to have those waves. So, I think crypto, in this case, blockchain went through that wave. It might even go through a few more waves, but ultimately all to push forward this sort of decentralized future and progress is rarely made if ever without serious friction. So I would say it’s just another path towards that friction.

So what does the world look like post this revolution and when it’s being used, the utility cases are very clear, adoption of blockchain is as transparent as day.

So I think the change in the way we live and work is going to be quite transformative and I don’t mean that in terms of when I go into a place, I just have my wallet, I can use my currency token or I can do payment. I don’t mean that, I mean in terms of the way we operate and expect in our life. For instance,  companies. So, if I work in a company, there will be a certain kind of transparency that’s expected and some kind of operation mode which is no longer centralized.

So for instance, leave. Why do I need to do more leave forms and fill out paperwork? Why couldn’t that be traded as a some kind of value inside the company, for instance, just to give one example. The way we operate, I think, will move much faster because you have that trust in this trustless environment, as you say. In the same way that messenger apps and communication apps have accelerated this 24/7 discussions, the speed in which we can do things because we have faster connections and are always connected.

I think blockchain will deliver this other layer of sort of a different form of governance, meaning, I think countries will change. Now when you talk about that level of change, people get scared because they sort of think, “Oh does it mean revolution, does it mean whatever?” So, I don’t know about that. But I do know that it makes it possible, and I think there will be entire countries that could potentially be run on this kind of infrastructure as a door. So that’s one way that I see, I don’t know that, and there will be friction, because of it, because it means breaking down some centralized environments. If you think about banking, if you think about accounting firms, right? For any business that is around centralized ecosystems, Internet broke down certain elements of the middle man.

Now, with blockchain, it’s going to do much more than just break down the middle man. It technically should empower down to the individual. What does that mean for the future?

And the other thing that I think blockchain will ultimately also do is sort of light up the connection points in places like Africa and sort of undeveloped places because what’s needed in those environments, it’s not just an internet connection. You know, they’ve got “Project Loon, people sort of putting WiFi all in the place and creating Internet connects and data sets, that’s fine, but if you can’t trade, if you can create a form in which you sort of have value systems passed on, having a WiFi signal is kind of worthless.

And because these economies are so small, like an entire village might have a 10-dollar-a-day economy, you can actually really trade with that in the current environment but with blockchain, you can fractionalize it, so that means you can create your own village token or you can create a value system where you literally transfer sets, and that’s ok, because you don’t have a cost infrastructure that stops that. What that means is hundreds if not billions of people who are not really connected in the global commerce environment can now be connected and that is where there will be another big sea change, because adding a billion people who don’t really have a role to play in this Internet world, of today will come online with a value system which will happen through blockchain. What will happen then? In the same way, when China entered the world finally in a big way, how did that change the world?

C'est tout. I think that’s an incredible analogy. Imagine a billion new more players in this game called a capital system, but it is possible with blockchain. And thank you for explaining it so elegantly. Your point of view as a musician and as an innovator in this space who saw the reason for Internet to exist and for blockchain as well.

Thank you so much.





Laisser un commentaire